Jerome Ruskin

1) Comment fais-tu ta part ? Quelles ont été tes actions jusqu’à présent et quels sont tes projets pour l’avenir ?
 
D’abord, je ne suis pas toujours certain de « faire ma part ». Et si je la fais, est-ce suffisant ? Probablement non. Je tente, j’espère, qu’elle se fait à travers mon travail au quotidien, à travers Usbek & Rica (le média que j’ai créé) et l’horizon qu’on s’est fixé avec. J’espère que ce travail accompli avec la même exigence chaque jour depuis toutes ces années porte ses fruits. Ma part se ferait donc à la fois en permettant à chacun de s’emparer en conscience des grands enjeux d’avenir qu’on traite dans notre média, et à la fois en considérant au mieux mes collaborateurs pour leur permettre de s’épanouir et de rayonner auprès des leurs. Ce n’est pas rien dans une période aussi troublée de vouloir donner de la matière à penser tout en créant 22 emplois.   
 
2) Comment t’aider ? De quoi as-tu besoin pour avancer ? 
 
Comme je crois à ce qu’on raconte dans Usbek & Rica, alors je souhaiterais qu’encore plus de monde nous lise ! Parce qu’on écrit pour être lu. Lire, c’est intéressant en soit, et ça peut être utile aussi. Bien nommer les choses, c’est ajouter aux bonheurs du monde et c’est permettre de bien agir dessus. Notre média a suscité déjà des engagements suite aux différentes propositions que nous avons pu faire, notamment sur les thématiques de l’éducation, de la gouvernance ou du modèle social.  
 
3) Quels sont les personnes, les livres ou les films qui ont influencé tes actes, t’ont poussé à entreprendre ? 
 
Certains de mes professeurs du lycée et de la fac : je pense à Jean-Bernard Gonzalez, Saül Kartz ou Cyril Lemieux. Certains livres : L’établi de Robert Linhart et La Fable des abeilles de Bernard Mandeville. Et les grands discours de Martin Luther King Jr.  
 
4) Offre toi une question et amuse toi à y répondre !
 
Mon vieux, crois-tu vraiment pouvoir améliorer le sort du monde avec ton petit média en ligne qui « explore le futur » (lol), ton petit magazine ou ton petit Tribunal pour les générations futures ? N’est-ce pas un peu ridicule et insignifiant ?
 
Si, ça l’est, insignifiant. Quand la plupart des gens n’arrivent pas à boucler leur fin de mois, voire leur milieu de mois, réfléchir à l’avenir peut sembler insignifiant. Et puis c’est vrai, que peuvent des mots face à la menace climatique, au chômage, au terrorisme… ? Mais si une idée qu’on développe dans le magazine peut faire son chemin, si une idée peut avoir une vie extraordinaire, rencontrer une personne, à un moment donné, et que cela améliore le cours de sa vie, de ses proches, ou suscite un engagement plus large, jusqu’à rayonner très largement… Et si ? Alors ça vaut le coup.  
 
5) En quelques mots…
 
Ton occupation préférée : Mon engagement dans ce média que j’ai créé, vraiment.
Tes petits bonheurs : Lire la presse, chaque matin, au comptoir du café en bas de chez moi, avec un bon café serré, si possible le premier de la machine.
Une citation qui t’inspire : « Si on dit que le pouvoir est la capacité à changer les choses alors ce n’est pas le pouvoir que de s’engager dans un acte qui n’accomplit pas cela : et ceci quel que soit le bruit que vous fassiez ou le nombre de choses que vous brûliez. » (Martin Luther King).
Ce qui te fait rire : J’ai un peu honte, mais n’importe quelle vidéo YouTube qui enchaîne les chutes grotesques des gens.
Ton souhait pour l’humanité :  L’harmonie, mon vieux, l’harmonie ! Alelouya !
.
Page facebook: Usbek & Rica
Site Internet: https://usbeketrica.com/
.
Philosophie / Politique / Interviews. 
Venez visiter ma page Facebook.

Guillaume Thébault, jeune réalisateur de « Futur d’Espoir. »

1) Comment fais-tu ta part ? Quelles ont été tes actions jusqu’à présent et quels sont tes projets pour l ‘avenir ?
 
À mes yeux, la seule personne que je peux changer, c’est moi. Donc une manière de faire « ma part » est de me changer moi même, de mettre en action mes pensées ! Boycotter toutes les firmes, les industries dont je ne partage pas du tout les valeurs en fait partie. Néanmoins je n’arrive pas encore à me passer de toutes ces dernières, à mon plus grand regret, mais en ce qui concerne l’alimentation, cela est fait. Je préfère soutenir les paysans bio locaux plutôt que des grandes surfaces qui ont comme unique mot à la bouche  « le profit ». J’ai encore beaucoup de choses à changer, mais cela est un travail d’une vie ! Jusqu’à présent j’agis en arrêtant de manger de la viande, en achetant des produits bio (en évitant le bio industriel) et en privilégiant au maximum  les produits locaux. En me déplaçant lorsque cela est possible en vélo, en cultivant mes légumes (en bio évidemment) et en réduisant mes achats. Bien entendu à côté de cela il y a le tri et l’économie d’énergie. Ce qui me chagrine, c’est que je sais que cela n’est pas assez ! Enfin, j’ai réalisé le film «  FUTUR D’ESPOIR » à 17 ans pour pouvoir montrer que partout à côté de chez nous, des personnes agissent et elles n’attendent que nous ! Je souhaite ainsi aider les gens à réaliser qu’on peut agir et qu’il est urgent de le faire.    
   
 
2) Comment t’aider? De quoi as-tu besoin pour avancer ?
 
À l’heure actuelle je suis en train de préparer le bac, mais à côté de cela je suis en train de gérer toute la communication de mon film, sa diffusion, la fabrication des dvd, le sous-titrage, etc. Tout cela me prend énormément de temps. L’aide dont j’aurais besoin aujourd’hui viendrait de personnes qui accepteraient de m’aider dans ces domaines car je n’ai plus un rond pour cela et que j’aimerais bien pouvoir arriver au bout de mon projet et pouvoir peut-être ainsi semer des graines dans les consciences. Comme mon film est totalement hors circuit, une manière de m’aider serait tout simplement d’en parler.     
3) Quels sont les personnes, les livres ou les films qui ont influencé tes actes, t’ont poussé à entreprendre ?
 
J’admire beaucoup les films de Coline Serreau, de Marie-Monique Robin, de Jean-Paul Jaud, ou «  En quête de sens »  et il y en a plein d’autres ! Je pourrais citer bien entendu le chef d’œuvre «  Demain » mais ce dernier ne m’a pas influencé dans la réalisation de mon film pour la simple et bonne raison qu’il n’était pas encore sorti lorsque je réalisais mon film. Plus largement des personnes comme Gandhi, Vandana Shiva, Martin Luther King, Satish Kumar, Pierre Rabhi, Jean-Marie Pelt, Gilles Clément, Gilles-Eric Séralini, Keny Arkana, Claude et Lydia Bourguignon, et plein d’autres m’inspirent quotidiennement ! Je suis admiratif des actions qu’ils mènent, de leur courage et de leur volonté ! Mais ce qui m’a réellement poussé à agir c’est notre mère à tous : Gaïa, la Terre. Je ne peux pas rester là sans rien faire en voyant tout le mal qui lui est fait, non seulement à elle, mais aussi à toute l’humanité et à toute la biodiversité terrestre. Aujourd’hui avec internet, personne ne pourra dire « je ne savais pas ce qui se passait dans le monde ». Moi je ne pourrais pas me regarder en face sans rien faire tout en sachant ce qui s’opère sur Terre. En connaissant les problèmes et en n’agissant pas, je me rends co-responsable de ces désastres ! Et une raison plus égoïste, c’est que je souhaite aux générations auxquelles j’appartiens et à moi même un avenir sain et digne ! 
 
4) Offre toi une question et amuse toi à y répondre !
 
Est-ce que vouloir agir en se privant des produits industriels ne te prive-t-il pas de tes libertés d’être humain ?
 
A partir du moment où j’ai choisi en âme et conscience d’agir, je ne renie aucune de mes libertés. J’ai l’impression de faire une « part » (certes bien trop petite) mais cela est un début et je découvre d’autres libertés, dont la liberté de choisir son alimentation ! Je pourrais retourner la question, est-ce être libre lorsqu’on nous pousse inconsciemment à acheter les produits de la grande distribution et à consommer sans limites !   
 
5) En quelques mots…
Ton occupation préférée : Une de mes occupations préférées, c’est le jardinage. J’ai vraiment l’impression que cela me redonne plein d’énergie, et être dehors me détend. C’est un excellent anti stress. Enfin cela me permet de me restituer dans le monde. Bien sûr j’adore aussi l’audio-visuel, pour rencontrer des gens, partager des messages, raconter des histoires, cela m’enchante !
 
Tes petits bonheurs : Mes petits bonheurs sont quotidiens. Chaque jour il m’arrive plein de belles choses ! Cela se passe chez tout le monde, il faut juste en avoir conscience !  Des sourires sincères, des rires, des moments dans la nature, et œuvrer dans mes passions, cela me rend super heureux ! 
 
La citation qui t’inspire : J’ai plein de citations qui m’inspirent. Je vais désobéir à la règle et en mettre deux : 
«  Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison » Coluche
«  Chaque être humain a le devoir moral de désobéir aux lois injustes » Martin Luther King 
 
Ce qui te fait rire : Je rigole avec mes amis, ma famille et plus largement avec toutes les personnes avec qui je m’entends bien. Je rigole beaucoup lorsque j’écoute des chroniques ou parfois quand  je lis des citations drôles.
Page Facebook: Futur d’espoir
Site internet:  http://futurdespoir-lefilm.com/
Bande annonce FUTUR D’ESPOIR: https://www.youtube.com/watch?v=cCsl-wIWkn0
.
.
Philosophie / Politique / Interviews. 
Venez visiter ma page Facebook.

Alexandre Sattler, le cueilleur de rencontres.

1) Comment fais-tu ta part ? Quelles ont été tes actions jusqu’à présent et quels sont tes projets pour l’avenir ?
 
 
Ma part ? j’ai commencé par être végétarien, puis j’ai cherché à être en phase dans ma vie professionnelle, d’abord guide nature pour transmettre mon amour du vivant et journaliste radio pour transmettre des valeurs, celles de l’écologie et de la solidarité. J’ai également fondé une ONG pour reverser une partie du bénéfice de mon travail photographique sur des projets en lien avec les actions que je soutiens.
 
 
Aujourd’hui je continue par l’image à transmettre de la beauté, de l’émotion et de la joie et par la radio je m’applique à donner la parole aux acteurs du changement et aux citoyens éveillés.
 
 
 
2) Comment t’aider? De quoi as-tu besoin pour avancer ?
 
 
Comme beaucoup d’artistes – auteurs, j’aurais besoin de trouver un agent pour diffuser mon travail photo : www.gaia-images.com ou en trouvant des radios indépendantes souhaitant récupérer gratuitement les programmes proposés : http://radio.gaia-images.com
 
 
Difficile d’être dans la création, la communication et la diffusion.
Éclats de Joie, le superbe livre poétique d’Alexandre. 
eclat-de-rires
 
 
3) Quels sont les personnes, les livres ou les films qui ont influencé tes actes, t’ont poussé à entreprendre ?
 
 
Je commencerais pas citer la célèbre phrase de Mahatma Ghandi « Sois le changement que tu veux voir dans le monde ».
 
 
Mais le premier livre qui m’a vraiment inspiré à été Le petit prince, puis les ouvrages de Carlos Castaneda, avant de commencer à lire des ouvrages plus philosophiques sur les différentes spiritualités du monde (bouddhisme, hindouisme, taoïsme…).
 
 
Allez, voilà un top 5 de mes auteurs préférés: Krishnamurti, Jean Marie Pelt, Paulo Coelho, le Dalai Lama, et différents écrits sur la simplicité volontaire et la sobriété heureuse.
 
 
4) Offre toi une question et amuse toi à y répondre !
 
 
Ton plus beau souvenir ?
 
 
La force et la magie des rencontres, il y a des coïncidences qui n’en sont pas, des hasards qui n’existent pas, à plusieurs reprises j’ai pu expérimenter la magie de la vie. En donnant un sens altruiste à nos actions, et en se mettant sur le chemin, la magie opère, et bien souvent les projets se réalisent.
 
5) En quelques mots…
 
 Ton occupation préférée : Faire des rencontres et partager des instants de vie.
 
Tes petits bonheurs : Me balader et me perdre en montagne au milieu des éléments naturels.
 
La citation qui t’inspire : « Ni dépendant, ni indépendant, mais interdépendant ».
 
Ce qui te fait rire : La spontanéité.
 
Ton souhait pour l’humanité : Atteindre l’éveil de tous les êtres.
.
Site internet: www.gaia-images.com
.
Philosophie / Politique / Interviews. 
Venez visiter ma page Facebook.

Sylvia Dorance, je défends une éducation qui respecte l’enfant

1) Comment fais-tu ta part ? Quelles ont été tes actions jusqu’à présent et quels sont tes projets pour l ‘avenir ?
 
A travers ma maison d’édition Ecole Vivante et les livres que je publie (Montessori, Freinet), je défends une éducation qui respecte l’enfant et qui l’aide à se développer harmonieusement. Une école qui donne confiance et estime de soi tout en rendant apte au dialogue et à l’empathie. Lorsqu’on parle d’éducation, c’est l’avenir de notre pays et du monde qui est en jeu. D’où mon étonnement et ma colère lorsque les politiques de tout poil prennent cela comme un simple levier électoral.
 
Je défends la pédagogie active depuis 30 ans, aussi bien comme rédactrice en chef de magazines pour enfants aux éditions Milan ou chez Nathan, que lorsque je travaillais pour l’aide au développement avec l’UNESCO. Chaque fois, des rencontres extraordinaires de gens passionnés et engagés ont renforcé mes convictions.
 
Mes projets ? Continuer à développer des livres qui aident réellement les éducateurs, qui répondent à leurs besoins concrets, tout en leur permettant de chercher toujours plus loin par eux-mêmes, au contact avec les enfants : c’est là que se construit la vraie pédagogie, humaine, ouverte, celle qui se remet en question tous les jours.
 
2) Comment t’aider? De quoi as-tu besoin pour avancer ?
 
Que le bouche-à-oreilles fonctionne de plus en plus pour nos livres car il y a une chose que je n’ai ni le temps ni le goût de faire (ni l’argent pour le faire faire) : le marketing !
 
3) Quels sont les personnes, les livres ou les films qui ont influencé tes actes, t’ont poussé à entreprendre ?
 
Surtout des personnes.
 
Cela a commencé à 5 ans, avec mon institutrice Freinet, une femme rayonnante d’intelligence et de gentillesse, que je n’ai jamais perdue de vue et avec qui j’ai écrit 2 livres, 40 ans plus tard. Vous vous rendez compte : écrire des livres avec la personne qui vous a appris à écrire… une aventure profondément émouvante et humaine. Mes 5 ans d’école Freinet m’ont marquée à vie. J’y pense quasiment tous les jours.
 
Et aussi, certains éditeurs africains militants. Ces gens magnifiques, après avoir bataillé pour faire de brillantes études universitaires, auraient pu embrasser des carrières propres à les enrichir. Ils ont plutôt choisi de travailler pour le bien de leurs concitoyens, en tirant le diable par la queue. Etre éditeur en langues africaines n’est certainement pas le meilleur moyen de devenir riche ! Mais c’est un très beau moyen de contribuer au développement de son pays.
 
4) Offre toi une question et amuse toi à y répondre !
 
Qu’est-ce qui te fait le plus enrager ?
L’hypocrisie, le mensonge, l’étroitesse d’esprit.
 
5) En quelques mots…
Ton occupation préférée : Il y en a tant ! Impossible d’en privilégier une. Travailler avec un auteur que j’estime, observer les enfants, lire un livre qui me touche et me surprend, dialoguer avec toutes sortes de gens, voyager pour découvrir tout ce qui est « autre », apprendre…
 
Tes petits bonheurs : Ouvrir les volets sur la nature, chaque matin différente.
Ouvrir les petits mails gentils et enthousiastes de nos lecteurs.
 
La citation qui t’inspire :
« Le soleil blanc s’appuie sur la montagne, disparaît
Le Fleuve jaune pénètre dans la mer, coule
Si tu veux épuiser mille lieues du regard
Monte encore un étage »
 
Wang Zhihuan Montée au Pavillon des Cigognes
 
Ce qui te fait rire : L’humour des gens qui savent, avant tout, rire d’eux-mêmes.
 
Ton souhait pour l’humanité : C’est une utopie, mais je ne vois rien d’autre : plus d’égalité, moins de guerres, moins de destruction des espèces et de l’ l’environnement.

« Surtout, ne pas faire travailler que sa tête ! »

sylvia

Pour en savoir plus: 

http://ecole-vivante.com

http://montessori-freinet.com/

Facebook: 

Perso: Sylvia Dorance

Page: Ecole Vivante

Groupe: Les amis de l’Ecole Vivante

Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvia_Dorance

.

Philosophie / Politique / Interviews. 
Venez visiter ma page Facebook.

Guillaume Bodin, le bio-cinéaste qui fait du bien.

1) Comment fais-tu ta part ? Quelles ont été tes actions jusqu’à présent et quels sont tes projets pour l’avenir ?
 
Depuis bientôt cinq ans, j’ai commencé à faire des documentaires pour parler des sujets que je trouvais important de montrer au grand public, surtout liés au thème de l’agriculture biologique et biodynamique. D’un projet qui paraissait banal, je me suis retrouvé à animer de nombreux débats au cinéma un peu partout en France et même à l’étranger, ce qui était assez inespéré.
 
Aujourd’hui je ne vis que grâce à la réalisation alors que précédemment j’étais ouvrier viticole dans un vignoble Bourguignon. Je ne regrette pas ce changement pour le message que je transmets aux autres mais je reste nostalgique de ces longues journées de travail passées dans la nature (je travaillais sur des domaines en bio et en biodynamie), peut être qu’un jour j’y retournerai, une fois que j’aurai eu l’impression de contribuer suffisamment à un changement de paradigme.
 
 
2) Comment t’aider? De quoi as-tu besoin pour avancer ?
 
Je reçois l’aide régulière de nombreuses personnes, que ce soit dans la communication, dans le développement de chacun de mes projets ou même simplement dans le soutien moral. J’ai besoin de l’énergie des autres ou en tout cas de sentir qu’il y a un peu de sens derrière mes projets…c’est surtout de ça dont j’ai besoin.
 
 
3) Quels sont les personnes, les livres ou les films qui ont influencé tes actes, t’ont poussé à entreprendre ?
 
C’est la lecture de nombreux livres notamment tous les livres traitant de l’agriculture biodynamique qui m’a influencé à voir l’agriculture d’un autre œil alors que j’étais en études agricoles. Des vignerons comme Marc Guillemot ou Jean-Marc Roulot, des touches-à-tout de génie. Des conseillers en biodynamie comme Pierre Masson ou Dominique Massenot. L’inspiration filmique vient de grands classiques comme « Le Grand Bleu » ou des documentaires comme « Mondovino » de Jonathan Nossiter.
 
 
4) 4) Offre toi une question et amuse toi à y répondre !
Penses-tu que l’avenir sera luxuriant ?
 
Difficile de répondre à cette question sans prendre la globalité du monde en considération ! Les désirs de chacun seront assouvis et nous vivons sur une terre magnifiquement belle mais malheureusement (ou heureusement) limitée. J’ose croire à la sagesse de l’homme même si au quotidien les choix de chacun de reflètent pas ce à quoi nous devrions tous aspirer : « Vivre en harmonie avec la nature ». Les discours, qu’ils soient politiques ou même de comptoir sont magnifiques, mais les actes manquent cruellement ! C’est une manière de dire que même si je suis extrêmement positif dans mon quotidien je me demande souvent à quoi sert vraiment ce que je tente de montrer au travers des documentaires que je réalise.
 
 
5) En quelques mots…
 
Ton occupation préférée : La montagne.
 
Tes petits bonheurs : Une bonne bouteille de vin.
 
La citation qui t’inspire : Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants.
 
Ce qui te fait rire : Les chatouilles.
 
Ton souhait pour l’humanité : Un peu de sagesse.
 
 
 
Facebook: Guillaume Bodin 
Site: http://www.dahuproduction.com/
.
Philosophie / Politique / Interviews. 
Venez visiter ma page Facebook.

Pierre Fournier, créateur de « La Fabrique des solutions ».

1) Comment fais-tu ta part ? Quelles ont été tes actions jusqu’à présent et quels sont tes projets pour l’avenir ?
 
Actuellement j’ai un blog, La Fabrique des solutions. Je suis un autodidacte, j’ai découvert la joie et la puissance de l’écriture depuis avril 2016. Ce blog à été lancé en octobre 2016. Tous les contenus essaient d’être le plus authentique et sincère possible. J’écris sur les sujets suivants: l’économie sociale et solidaire, l’innovation sociale et la société. J’ai deux parties dans ce blog, la première est composée d’articles. Ce sont des points de vue qui émanent de ce que je pense, mélangé à ce que j’ai vécu durant mes 12 années d’engagement au service de causes inspirantes.
J’essaie d’être le plus transgressif possible, le plus critique et constructif possible. Je n’hésite pas à aborder des sujets tabous, qu’ils soient internes au secteur de l’innovation sociale comme par exemple cet article « pourquoi j’ai décidé d’arrêter de changer le monde », mais aussi un article sur le harcèlement scolaire ou le vivre ensemble. J’essaie de faire en sorte que ces articles soient le plus lisibles pour qu’ils puissent provoquer le débat et une prise de conscience des personnes sur certains enjeux que je trouve importants.
La deuxième partie sont des portraits que je réalise. J’ai fait le constat que dans le milieu de l’ESS, on observe beaucoup de projets inspirants et innovants socialement. Mais on ne connait jamais le parcours de vie des personnes qui ont initié ces actions. Quels ont été leurs déclics? Pourquoi changent elles de voie pour prendre un chemin différent? Quel est leur cheminement personnel? Quels ont été leurs obstacles, leurs peurs et comment ont elles fait dans leur vie pour s’en sortir? Quels sont leur rêves pour demain?
J’identifie donc ces personnes habitant en France, ce qui m’importe c’est de garantir une diversité de profil extrêmement importante. Actuellement, dans les portraits que j’ai réalisé, il y a une diversité sociale, d’âge, de réussite scolaire, de parcours professionnels très forte. Cela va du professeur d’économie à la retraite aux jeunes de mon âge. L’ensemble de ces personnes respecte deux critères:
– elles portent l’humain au cœur de leur activité, – elles ne sont pas égocentriques.
 
Concernant les actions que j’ai déjà réalisées, j’ai été responsable associatif depuis 8 ans (bureau, fondateur d’asso, administrateur, chargé de communication web et de relation presse). J’ai toujours rejoint et/ou créé une branche d’une association existant ailleurs mais pas présente au Mans ou en Arménie. J’ai fait partie de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne pendant 6 ans, au Comité Catholique contre la faim et pour le développement pendant 6 ans. Par exemple, au sein du CCFD, j’ai été sensibilisé dès 2010 au scandale des paradis fiscaux. Si seulement les 30 ou 40 milles milliards de dollars étaient réinjectés dans l’économie réelle mondiale, il y aurait sans doute un peu moins de soucis. Depuis, l’évasion fiscale est un sujet qui me passionne.
 
J’ai créé avec d’autres la branche de Coexister, Makesense, Kawaa, La cravate solidaire au Mans. J’ai aussi créer Makesense et Kawaa en Arménie. Actuellement, au Mans, il existe toujours La Cravate solidaire, Coexister et en Arménie, il y a toujours des Kawaa qui s’organisent.
Mes projets pour l’avenir : il y a des chances que je rejoigne Emmaüs en tant que bénévole sur certaines actions. Concernant mon projet professionnel, j’aimerais beaucoup creuser le sujet de l’intelligence collective et voir comment aider les structures de l’ESS à s’améliorer avec ces outils. Derrière cela, il y a l’idée de transmettre des pistes afin d’émanciper les personnes et de leur donner confiance.
 
 
2) Comment t’aider? De quoi as-tu besoin pour avancer ?
 
J’aimerais que le blog soit contributif, si toi qui lis ceci, tu aimerais faire la même chose. Si tu connais des personnes formidables que tu aimerais présenter et/ou donner un point de vue sur un sujet, n’hésite pas à me contacter. J’ai créé deux méthodologies qui permettront de te guider dans ton écriture. Que tu sois débutant ou passionné, tu es le/la bienvenue. Alors n’aie pas peur et amusons nous ensemble pour devenir passeurs de parole.
Sur le plan professionnel, je souhaiterais être relié à des personnes travaillant sur les sujets d’intelligence collective ou d’innovation sociale.
 
3) Quels sont les personnes, les livres ou les films qui ont influencé tes actes, t’ont poussé à entreprendre ?
 
En livres, il y a l’autobiographie de Martin Luther King, Résistance Non Violente de Gandhi, Vers la sobriété heureuse de Pierre Rabhi, Un long chemin vers la liberté de Nelson Mandela et L’âme du Monde de Frédéric Lenoir.
En personnes inspirantes, Baloo du livre de la jungle, Claude Mousset à retrouver dans mon blog, Romain Chanut, co-fondateur de Jerry do it together, Marc de la Ménardière d’ En quête de sens, Maxime de Rostolan de Fermes d’avenir, Séverine Jérigné de Galipoli, Anne sophie Novel d’écolo -info, Kery James, Marie Monique Robin.
Et sinon, dans les anciens ou personnes décédés, l’Abbé Pierre, Sœur Emmanuelle, Edgar Morin, Frère Roger (co fondateur de la communauté de Taizé), Bob Marley, Ray Charles, Otis Redding.
En film: Demain, En quête de sens, Le Monde selon Monsanto, Inside Job, The big short le casse du siècle, Le Livre de la jungle.
Deux groupes de musique qui m’inspirent depuis 11 ans: Les Ogres de barback et Broussai.
 
 
4) Offre toi une question et amuse toi à y répondre !
 
Selon toi pourquoi les gens détestent la politique?
 
Il y a deux raisons à cela: il y a une confusion entre politique et politiciens. Pour la grande majorité c’est la même chose et pourtant ce sont deux choses différentes. Les politiciens sont des personnes qui représentent d’autres personnes au sein d’une démocratie représentative.
La politique: c’est toute action qui s’occupe de la vie de la cité ( des citoyens). Quand on fait cette différence, on peut s’apercevoir que l’ensemble de nos actions est politique, l’action que tu fais toi Alex, que l’ensemble des acteurs d’innovation sociale est politique.
C’est le champ où on peut énormément se marrer et s’amuser, mais aussi le lieu où l’on peut démontrer le plus largement possible son amour pour les autres pour se mettre au service du bien commun.
 
 
5) En quelques mots…
 
Ton occupation préférée: découvrir l’inconnu.
Petits bonheurs: boire des verres avec des amis, aller à des concerts.
 2 Citations: « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » de Mark Twain et « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » de Winston Churchill.
Ce qui me fait rire: l’humour noir, l’auto dérision.
Ton souhait pour l’humanité: que l’on devienne des résistants non violents et bienveillants. Qu’on abandonne notre folie pour les chiffres qui ne mène qu’à se mesurer, se comparer et ‘être en cruelle compétition entre nous. Qu’on aille vers un monde de relations, de bienveillance et de cœur à cœur.
.
.
Philosophie / Politique / Interviews. 
Venez visiter ma page Facebook.

Michel Baumann, « Pour avancer j’ai besoin de confiance »

1) Comment fais-tu ta part ? Quelles ont été tes actions jusqu’à présent et quels sont tes projets pour l’avenir ?

J’essaie de suivre au mieux mon chemin de vie, c’est avec bonheur que je constate la belle envergure que prend l’événement The Meal dont je suis l’artisan, et de le suivre.

2) Comment t’aider? De quoi as-tu besoin pour avancer ?

Personnellement je n’ai pas besoin de soutien direct, c’est à travers les projets qui m’occupent que l’énergie qui m’est nécessaire à la bonne continuation m’est redistribuée sous la forme par laquelle la vie désire être aidante.

Pour avancer j’ai besoin de confiance.

3) Quels sont les personnes, les livres ou les films qui ont influencé tes actes, t’ont poussé à entreprendre ?

C’est juste un grand TOUT, une envie générique de vivre l’instant, de partager et d’exister qui me pousse à entreprendre; à mon âge (63 ans) c’est également l’envie de restituer ce que la vie m’a octroyé comme richesses.

4) Offre toi une question et amuse toi à y répondre !

Pourquoi je prends le temps de répondre à cette interview?

Je trouve la démarche intéressante car elle participe à la mise en évidence de l’envie de reliance de ceux qui participent à la rédaction des messages et plus encore à l’intention de celles et ceux qui prendront le temps de les lire.

5) En quelques mots…

Ton occupation préférée : vivre au mieux chaque instant

Tes petits bonheurs : Les sourires de ceux que je côtoie

La citation qui t’inspire : “Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt.” Albert Einstein

Ce qui te fait rire : Les erreurs qui font avancer, particulièrement les miennes.

Ton souhait pour l’humanité :  Qu’elle sorte au mieux de l’adolescence.

« CV » de Michel: http://www.deds.ch/michel-baumann.html

.

Philosophie / Politique / Interviews. 
Venez visiter ma page Facebook.

Xaviera Marchetti Ulrici met du SEL dans sa Disco Soupe

1. Comment fais tu ta part ? Quelles ont été tes actions jusqu’à présent et quels sont tes projets pour l ‘avenir ?

 
Depuis quelques temps, j’essaie au quotidien d’agir « en conscience » en tâchant de me rappeler que chaque geste, pensée ou parole a une empreinte et du coup, je mets en place petit à petit des choses pour limiter « la casse ».
Je fais partie de l’équipe d’animation du SEL de ma ville (Système d’échange Local). C’est un système d’échanges et d’entre-aide entre voisins avec une monnaie virtuelle : des unités / temps . Nous nous rendons des services (babysitting, aide au jardin, covoiturage, couture …), on se prête du matériel de jardin, de cuisine, de puériculture …  
C’est une façon de consommer autrement : plutôt que d’acheter 10 taille-haies made in China dans le quartier et bien, on en a 1 et on se le prête entre voisins.
Je suis heureuse d’animer cette association, c’est riche d’apprentissages, vecteur de lien social et ça me simplifie mon quotidien, moi qui de temps en temps ai besoin de babysitting ou de travaux de couture !  J’y ai fait des rencontres incroyables. Il y a une belle dynamique dans ce groupe. Nous avons participé au « défi familles à énergie positive » qui consiste à mettre en place des éco-gestes pour réduire notre consommation d’énergie. Nous avons bonheur à organiser régulièrement des actions locales telles que des « Disco soupes » pour sensibiliser de façon ludique au gaspillage alimentaire. Nous avons organisé une grande gratuiterie lors du Village Alternatiba de Sénart en octobre 2015. C’était comme une brocante où chacun pouvait donner ou prendre à sa guise des objets en bon état, gratuitement.
J’ai également la casquette de coordinatrice de l’Alternatiba Sénart 77 et nous avons le projet de refaire un village des Alternatives en septembre 2017 en accueillant le départ du tour de vélo Ile de France Alternatiba. C’est un merveilleux projet qui promet une année 2017 très riche, avec de belles rencontres, de la co-construction pour un mouvement qui lutte de façon holistique contre le dérèglement climatique.
Notre façon de vivre, de consommer, d’éduquer, se déplacer, se soigner, s’alimenter … a un impact important sur notre environnement, notre relation aux autres et sur nous même.
Alternatiba met en lumière les alternatives citoyennes limitant notre empreinte et nous propose d’aller vers une transition citoyenne, écologique et sociale.

 2) Comment t’aider? De quoi as-tu besoin pour avancer ?

J’ai besoin de me nourrir de belles énergies ! Parfois, je me réveille en aillant l’impression de ne pas être sur la bonne planète, d’être en complet décalage avec le système qui m’entoure. C’est assez angoissant. Pour me rebooster, je me dis que je ne suis pas toute seule à ressentir cela, que nous sommes nombreux à vouloir réenchanter notre monde.
Il faut juste nous reconnecter entre nous car ensemble nous sommes une force. Merci aux médias positifs de mettre en lumière les initiatives, les acteurs du changement, qui œuvrent à leur échelle à la construction d’un monde meilleur. Merci à toi Alexandre 😉
 

3) Quels sont les personnes, les livres ou les films qui ont influencé tes actes, t’ont poussé à entreprendre ?

 
Des lectures sur le développement personnel, la loi de l’attraction, telles que les « 4 accords toltèques » de Don Miguel Ruiz,  » Le livre des coïncidences » du Dr Deepak Chopra, « La puissance du subconscient » du Dr Joseph Murphy ou encore « L’Alchimiste » de Paulo Coelho m’ont fortement influencée. J’ai eu récemment des lectures très inspirantes telles que « les créatifs culturels : l’émergence d’une nouvelle conscience » d’Ariane Vitalis.
Plusieurs films m’ont marquée également, notamment L’Île aux fleurs (Ilha das Flores), le court métrage documentaire brésilien réalisé par Jorge Furtado ou encore « Fight Club » de David Fincher qui nous amènent à réfléchir sur notre façon de consommer.

 

4) Offre toi une question et amuse toi à y répondre !

Quelles sont les phrases de tes proches qui t’apportent du réconfort ?
Je surkiffe quand mes fils me disent : « Maman, je t’aime à l’infini et au delà »,
Quand ma mère me dit : « Ma fille, tou fais qu’est-ce que tou peux et basta … de toute façon, jé suis fière di toi »,
Et quand mon chéri me dit : « Si tu n’étais pas ma femme, je t’épouserai ! »
J’ai la chance d’être entourée d’amour. 😉
 

5) En quelques mots…

Ton occupation préférée : Organiser des « réunions apératoires ». En effet, dans le cadre de l’organisation de nos manifestations associatives, nous nous réunissons souvent et j’adore travailler en grignotant des pistaches avec le p’tit coup à boire qui va bien. C’est plus convivial.
 
Tes petits bonheurs : Préparer la soupe avec les bons légumes de Paul notre super maraîcher de l’Amap,
Courir dans la forêt derrière chez moi et écouter « chanter » les arbres.
J’aime bouquiner des romans de SF ou de médiéval fantastique (ça me change les idées dans le RER …) .
et puis … J’adore glander (parce que parfois, j’en ai marre de faire 50 trucs en même temps).
 
La citation qui t’inspire : « L’humilité, c’est le top de la frime ». Didier Super
 
Ce qui te fait rire : Les gens qui, pour maigrir, vont à la salle de gym du quartier… en voiture. (Mais moi aussi je suis pleine de paradoxes !!)
 
Ton souhait pour l’humanité : Qu’on ne soit pas obligé d’aller sur Mars …

Offre nous quelques liens. 

 

La page facebook: Alternatiba Sénart 77
 
Le site du mouvement Alternatiba : https://alternatiba.eu/
 
Lien de SEL’idaire, l’association qui fait la promotion de tous les SEL de France :
crédit photo:  Glenn Ulrici
Philosophie / Politique / Interviews. 
Venez visiter ma page Facebook.