Nous sommes le changement !

Nous allons dans le mur et nous y allons très vite, les gens qui conduisent sont ivres et inconscients et, la plupart des gens l’ignorent, s’en foutent ou sont ivres eux aussi.

Heureusement les consciences s’éveillent doucement, un petit nombre ouvrent les yeux, cherchent à comprendre pourquoi la société est défaillante et surtout réfléchissent aux solutions et les testent en les mettant en application. De nouveaux paradigmes naissent, d’anciens ressurgissent, les choses avancent.

La question qui m’a le plus été posée sur internet est : « On commence quand ? »

En cela les gens parlent d’une révolution aux pavés, un grand coup de ménage des criminels qui dirigent le monde, d’une révolte populaire et mondiale.

Ma réponse est toujours la même : « Nous avons déjà commencé et nous devons continuer à avancer» Continuer à mettre en place des écoles Montessori, Freinet ou autres. Et surtout continuer à chercher les moyens de rendre les enfants heureux dans un système qui les fait grandir et s’épanouir.

Continuer à diffuser les bonnes initiatives et valoriser les gens qui les créent.

Nous avons commencé à comprendre comment faire une agriculture plus saine, à étudier les sols, les plantes, les organismes et cette prise de conscience avance car beaucoup souhaite vivre en harmonie avec la nature et ne plus la dominer.

La domination est un échec.

Nous avançons dans l’habitat, la santé, les énergies, l’économie, il y a de plus en plus de réflexions sur un nouveau et véritable système démocratique pour que nous puissions harmonieusement vivre ensemble.

Nous avons presque tout les éléments pour changer de système, cela est comparable à des pièces de puzzle qu’il faudra par la suite assembler. Nous devons encore prendre le temps, car tout cela est vraiment récent, mais nous devons y croire et avancer.

Il est évident que nous devons lutter pour ne pas laisser cette gangrène nous dévorer mais nous devons surtout et avant tout trouver les solutions et commencer à les mettre en application.

Nous sommes une poignée, demain nous en serons deux puis trois, laissons nous le temps de grandir et surtout aidons-nous à grandir…

Pour ma part, j’ai arrêté d’être continuellement contre les choses qui ne vont pas, je préfère offrir mon temps et mon énergie aux choses qui me paraissent être saines, être des évidences.

Les choses qui ne vont pas je cherche à les comprendre, mais comme un médecin je ne suis pas touché par les maux du monde car je n’en suis pas responsable. Je ne regarde pas sans rien faire. Donc en cela je n’ai pas à être victime ou coupable.

Il y a des facettes du monde qui ne me plaisent pas, alors je cherche les solutions.

Mon job c’est la communication, la médiatisation, je donne de mon savoir-faire pour diffuser les solutions. (Et je travaille la plupart du temps gratuitement).

Il est vrai que je suis visible sur le net mais en rien je ne suis meilleur qu’une personne qui est actrice du changement dans l’éducation, l’énergie ou la permaculture, qu’une personne qui donne deux heures par semaine à une association, car elle a des enfants à élever et un job pour les nourrir.

Nous avons cette richesse de diversité et de savoirs faire, et, chacun fait sa part avec les moyens et le temps qu’il dispose. L’important est de le faire. Nous sommes tous important.

Chaque petit geste compte.

Changer de système demande d’en avoir un à mettre à la place. Pour le moment il est en création.

Faire une révolte violente aujourd’hui serait l’assurance de voir ce système que nous n ‘aimons pas se reconstruire et devenir encore plus dur, plus violent et surtout beaucoup plus fort car il se prémunira d’une nouvelle attaque.

Mais quoi qu’il arrive, un jour, il y aura un grand « Clash »! Notre société est comme un élastique qui est de plus en plus tendu. Quand et ou cela arrivera, je ne sais pas ?

Mais il ne faut pas attendre ce moment pour construire un nouveau paradigme. 

Nous devons créer et créer encore, construire de nouveaux modèles. Une nouvelle politique, un nouveau mouvement.

 

 

J’Y CROIS !

La seul chose que je puisse vous dire est que le mouvement sera un mouvement de création et non d’opposition. Observez les partis politiques et constatez qu’ils s’attaquent, se défendent et ne passent qu’une infime partie de leurs temps à vraiment créer pour le bien de la société. D’ailleurs la plupart des lois sont créées par les grandes entreprises mais aussi par les associations qui luttent et doivent mettre la pression pour se faire entendre.

Regardez un programme politique ! Il est souvent constitué de grand titre « je vais faire ceci » je vais faire cela » en plus d’être sans fond il est souvent à la première personne ; maintenant sur le : « je vais faire ceci » demandez-vous « avec qui ?» « comment ?» « combien de pages écrites ? » « quels sont les paramètres associés ?» etc… Vous pouvez en restez au titre car c’est trop souvent du vent.

En plus d’être un mouvement de création, le NOUS doit-être prédominant.

Kennedy disait que « la politique est un devoir civique ». Nous pouvons rajouter que c’est aussi est avant tout un travail « d’équipes ».

Je ne sais pas si nous allons réussir à changer les choses, si l’humain va encore évoluer ou disparaître, je ne sais pas si nous allons créer ce monde meilleur, mais je ne sais pas faire autrement que « d’essayer ». Même si ma vision est assez pessimiste.

Si le monde était en bonne santé politique, écologique et que les gens vivaient en harmonie avec la nature et les autres, je ne serais pas sur Facebook à chercher à avoir des gens sur ma page, à être connu ou reconnu. Non, je serais sûrement à la campagne avec femme et enfants à faire de l’art, de la science et cultiver mon potager.

Chaque matin je me lève avec le besoin de faire changer les choses. Si je fais autrement je suis malade car je vais contre ma nature. Ce qui me rassure, c’est que nous sommes de plus en plus nombreux à nous lever chaque matin avec ce besoin, et en cela il y a de l’espoir.

Il y a une possibilité de changer les choses en donnant aux enfants qui seront les adultes de demain la conscience qu’ils tiennent le changement entre leurs mains. Ils sont l’avenir de cette race humaine ! Pour cela, il y a besoin d’une vraie éducation scolaire mais aussi d’un investissement des parents.

Les enfants sont aussi les parents de demain.

Au rythme d’aujourd’hui, combien de générations restent-il ?

Ce système offre une éducation qui mène à l’obéissance du système, les écoles offrent un savoir sans imagination, les universités sont privatisées et contrôlées par de constants partiels. Ceci pour avoir des éléments obéissants, la télé offre à la jeunesse la vision du bonheur dans la possession et dans le paraître, être « beau est idiot » est aujourd’hui une marque de reconnaissance. Et internet est un outil qui peut-être autant constructeur que destructeur. Tout cela peut-être changé.

Souvent je lis « les gens sont des moutons » mais aussi « pouvoir au peuple ».         Si j’additionne cela donne « pouvoir aux moutons ».                                                    Je vous laisse juste méditer à cette réflexion.

J’ai passé 5 mois  en Inde à regarder le peuple de ce pays qui souhaite consommer et vivre à l’occidentale, la publicité qui martèle et offre l’illusion du bonheur par la possession est devenu la première religion de cet immense pays qui à pourtant tant de philosophies. J’ai entendu plus d’un ancien regretter le passé et avoir peur de cet avenir capitaliste.

En Inde, la consommation arrive mais pas les poubelles, pas les traitement qui vont avec, les automobiles arrivent mais pas les contrôles techniques et les pots d’échappement fument ; les meubles qu’ils n’avaient pas arrivent aussi, alors les forêts sont coupées sans être replantées. Ou alors sur des articles de journaux, mais cela n’est que de la propagande.

Prôner la sobriété heureuse à un peuple qui à connu tant de misère…

Les pays « émergents » consomment avec des œillères et cela est tristement naturel.

Pour le moment j’observe, mais mon petit cerveau n’a pas les solutions.                   Je ne suis pas la science infuse alors je fais de mon mieux, je fais ma part.

Et le plus merveilleux, c’est que nous sommes de plus en plus nombreux à faire notre part.

Et c’est dans cette intelligence collective que nous changeons les choses.

C’est ensemble que nous pouvons changer le monde.

Je fais de la mise en lien de personnes et de réseaux depuis 6 ans, et, je pense qu’il est temps de créer un outil vraiment efficace. Des interviews arrivent sur mon site, des personnes qui me touchent. Pourtant parfois elles sont complètement inconnue.

Nous sommes le changement !

 

« FEMMES JE VOUS AIME »

« Femmes je vous aime »
 Mais cet amour n’est en rien une domination car la période de pépé qui rentrait le soir à la maison après ses 12 heures de turbin et qui affalait son arrière-train en demandant à sa femme de lui servir son apéro et ensuite sa soupe… c’est fini !
-Terminé l’emprise patriarcale de l’homme qui travaille et qui a un revenu sur celui de la femme au foyer qui fait la popote et s’occupe des enfants.
-Terminé l’unique chef de la maison qui impose ses règles sans concerter sa moitié.
-Terminé la sainte règle d’apprentissage où l’enfant garçon joue aux voitures et la fille à la poupée, où le garçon doit apprendre à bricoler et à devenir « une HOMME » et la fille apprendre les tâches ménagères et surtout: « se soumettre ».  Soumettre c’est mettre en dessous.
 
Nous vivons dans une période sens dessus dessous qui rééquilibre l’égalité non sans confusion des êtres.
Le féminin et le masculin se mélangent pour ne donner que des êtres humains. Et ceci même jusqu’à nous retrouver avec une femme à barbe qui gagne l’Eurovision. L’homo modernicus masculin a changé dans le temps, et l’homo modernicus féminin aussi.
Les tâches ménagères sont de plus en plus réparties et en période de Crises Multiples le courant passe mieux sur le domaine de cette belle logique égalitaire.
Alors OUI, il y a toujours des hommes machos qui pensent sans conscience que la femme est inférieure, que sa place est au foyer à s’occuper de la maison ou de travailler en gagnant moins. Mais dans notre belle France ils sont de moins en moins.
 
Un jour où je me promenais dans la rue, je suis tombé sur une manifestation féministe pour l’égalité des salaires et des droits.
Je me suis joint à elles… mais c’est avec une très grande violence verbale que je me suis fait virer. C’est avec ma joie et ma bonne humeur que j’ai essayé de m’expliquer et de savoir pourquoi pas moi, pourquoi ne puis-je pas soutenir cette égalité?
Je suis donc parti de cette manifestation trop radicale qui m’offrait un reflet de la stupidité de pensée de la période de mon pépé.
Nous avons ce soir-là entamé le débat du féminisme radical, les coudes sur un comptoir, avec quelques personnes qui trouvaient eux aussi que ces femmes-là donnaient une mauvaise image au mot: « Féminisme »
 
Alors je vais écrire une louange à nous les hommes nouveaux qui regardons femmes, hommes et enfants uniquement comme des individus.
Mercis aux hommes qui pensent :Que dominer n’est pas jouer. Que personne ne nous appartient. Qu’il ne devrait pas y avoir d’écart de salaires et de droits. Qu’un humain est juste un humain avant tout. Que oui, il y a des différences mais un monde sans différence serait un monde triste et mort. Que la répartition des tâches doit se faire avec intelligence et que c’est l’envie et le savoir-faire qui remplace les dogmes anciens……………………MERCI !!!
 
Le féminisme c’est comme l’écologie politique, si le monde était un monde de bon sens, aucun des deux n’existeraient. Être féministe c’est entrer en opposition face à une domination masculine.Tant qu’il y aura des injustices il y aura des oppositions et le balancier du bien et du mal continuera de fonctionner ; et les conflits perdureront. L’équilibre est de plus en plus proche sur énormément de points, partout dans le monde. Mais il ne tient qu’à nous de montrer l’exemple. L’exemple de la voie du milieu est bien plus puissant que la violence.
Cultivons nos différences sans aucune domination d’autrui.
 
Je vous invite à visiter cette association pour qui le CŒUR joyeux j’ai écrit ce petit texte: http://www.les-alter-egaux.com/
Une association qui est sur Poitiers, alors peut-être que si le CŒUR vous en dit, aller les rencontrer et aider si vous êtes dans les environs. 
JE VOUS AIME

 

N’hésitez pas à me rejoindre sur mes pages Facebook et Horyou.